Le verbe aimer

J’ai rencontré, sur mon chemin des ombres,
Une lumière intense et sensuelle.
C’est une femme au milieu des décombres,
Si improbable au fond de la ruelle.

Une femme d’automne flamboyant,
Pleine de promesse et de tendresse,
Un rayon assoupi mais vivant,
Un joyau endormi sans son altesse.

Ah, quelle chance de lui proposer,
Aujourd’hui, pour toute conjugaison,
Le verbe aimer, jour et nuit partagé,
Main dans la main, les yeux sur l’horizon.

Ecrit le 31/12/2014. Texte et photo © Daniel Margreth.

2 réflexions au sujet de « Le verbe aimer »

  1. Je comprends, à vous lire, qu’un grand morceau de Vie se tient blotti au creux des heures les plus silencieuses de vos nuits !
    Poétiquement parlant, c’est réussi, avec une bonne adéquation entre le fond et la forme : un fond qui respire l’authenticité et une forme sans artifices.
    Amicalement.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s