Rêve diurne

04 avril 2020.

Quand je ferme les yeux

le soleil me réchauffe

et même paupières closes

je vois ton ombre pâle

J’imagine ton corps

mes doigts tentacules

en explorent les reliefs

depuis si longtemps

qu’ils en savent la carte

et tous les délices cachés

Jamais épuisé de plaisir

tu geins doucement

du soleil couchant

jusqu’à la nuit tombée

Tu tires sur nos corps

les draps imaginaires

de notre rêve diurne.

Texte Copyright Daniel Margreth.

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Une réflexion au sujet de « Rêve diurne »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s