Ton corps

Un regard, un sourire,
Des yeux qui s’illuminent,
Voilà qu’en point-de-mire
Nos deux désirs culminent.

L’un et l’autre cheminent
Et laissent à prédire
Que nos corps se combinent
Dans l’instant à venir.

Ton corps nu est si beau
Que je n’ose le fendre.
Seulement sur la peau,
Ma langue pour te prendre.

La douceur espérée
De la première étreinte
Du désir libéré
Qui laisse son empreinte.

Ecrit le 27 avril 2017 , texte et photo © Daniel Margreth. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s