Contemplation

Mes yeux éblouis s’attardaient sur chaque détail
Après avoir goûté à l’harmonie globale.
Le spectacle était formidable
Et mon point de vue imprenable.
Un vent léger semblait transporter l’odeur tiède
Et sucrée que je percevais en fermant les yeux.
Il y avait tant de plaisir
Dans mon regard gourmand.
Aucun rêve ne pouvait être si parfait,
Jamais la beauté n’avait été aussi grande.
Je pouvais contempler sans fin
Son universelle esthétique.
Sa grâce nue et exquise me ravissait
Et me transportait dans des songes cristallins.
Je découvrais les plis inouïs
De vallons clairs et dévoilés.
J’explorais du regard les espaces précieux
Qui se cachaient derrière de légers buissons.
L’instant était si désirable,
Et le sentiment si fragile.
Je n’osais entreprendre un moindre mouvement
De peur de rompre l’inconsciente séduction.
La contemplation silencieuse
Me semblait déjà une grâce.

Ecrit le 13 juin 2017. Texte et photo © Daniel Margreth.

Une réflexion au sujet de « Contemplation »

  1. Voilà une admirable manière de décrire le passage du désiré au désirable, juste en employant un ton agréable à l’oreille et avec tout un échelonnement de pensées intérieures maîtrisées, pensées remarquablement bien imagées, qui ne heurtent pas la vue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s