La haine

Si je rêve d’un autre monde
C’est pour tous mes frères fragiles
Ces marionnettes trop dociles
Et qui se ruent contre eux-mêmes.

La situation est imprécise
Et le soleil qui nous aveugle
Éclaire nos chemins tortueux
Sans jamais nous guider vers l’autre.

J’espère la douceur du jour
Des caresses et de l’amour
Du partage et des sourires
Mais la brutalité est là.

La peur nous transperce le cœur
L’étoile ne luit plus la nuit
Le désarroi est général
Et la haine suinte partout.

Texte Copyright Daniel Margreth.

2 commentaires sur « La haine »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s