Contre le projet de loi « Sécurité Globale »

18 novembre 2020.

A l’appel de Syndicats (FSU, Unef, CNT), de partis de gauche (NPA, France insoumise, Europe Écologie les Verts, Union communiste libertaire), d’associations (Club de la presse du Maine, association de journalistes et correspondants de presse sarthoise, Ligue des Droits de l’Homme, Libre Pensée, collectif antifasciste de la Sarthe, collectif anti répression de la Sarthe) et de gilets jaunes,plus de 400 personnes se sont rassemblées hier soir devant la préfecture du Mans comme partout en France pour dire « Non à la Loi Sécurité Globale » qui attaque une fois de plus la liberté de la presse, la liberté d’information et la liberté de manifestation.
A l’issue de ce rassemblement, les manifestants sont partis en cortège jusqu’à la place de la République pour revenir à leur point de départ par les rues piétonnes du centre-ville.

Un projet de loi liberticide

L’article 24 de cette proposition de loi interdit à toute personne de diffuser « l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale, autre que son numéro d’identification individuel, lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police » et que cette diffusion a pour « but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ».
En réalité, le fait de diffuser l’image, notamment en direct, serait donc, de fait, quasiment impossible.
Le seul fait de filmer ou de photographier conduira à des interpellations et des violences par les forces de l’ordre, comme c’est déjà trop souvent le cas aujourd’hui.
Clairement, c’est non seulement les journalistes, reporteurs-photo, reporteurs d’images, documentaristes, membres d’observatoires citoyens qui sont visés, mais aussi quiconque, qui avec son téléphone portable prendra des photos, notamment lors de manifestations ou de mouvements sociaux.
En revanche, les membres des forces de l’ordre pourront tout à loisir filmer ou photographier la population.

La démarche des députés LREM porteurs de cette proposition relaie la volonté du gouvernement qui entend museler encore un peu plus la classe ouvrière qui s’organise pour lutter contre un gouvernement au service du capital et du patronat. C’est aussi l’occasion de censurer la liberté d’informer, de s’exprimer, et par là-même de manifester.

Ci-dessous une vidéo de TV Maine Sarthe:

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Photo-Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Une réflexion au sujet de « Contre le projet de loi « Sécurité Globale » »

  1. Outrepasser 1984 et Farenheit 451 réunis…,

    Vivre dans un cauchemar, ici et maintenant

    🔴 NOUVEAUX DÉCRETS : LE GOUVERNEMENT AUGMENTE ENCORE SES CAPACITÉS DE FICHAGES

    – Opinions personnelles, pseudonymes ou données de santé des personnes «susceptibles de porter atteinte aux institutions» –

    Au Journal Officiel du vendredi 4 décembre 2020, dans l’indifférence générale, trois décrets du ministère de l’Intérieur ont été publiés. Trois décrets imposés sans débat, qui aggravent considérablement les capacités de fichage de la population, et en particulier des opposants, par la police .

    Sont concernés par ces décrets des fichiers déjà existants : le « fichier de prévention des atteintes à la sécurité publique (PASP) », le fichier « Enquêtes administratives liées à la sécurité publique (EASP) », et celui relatif à la « Gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique (GIPASP) ». Ces bases de données, inconnues du grand public, ont un champ beaucoup plus vaste que le « terrorisme » ou la « radicalisation » puisqu’elles contenaient, en 2017, 43 500 personnes dans le PASP et 40 500 au GIPASP. Et le fichage a drastiquement augmenté ces dernières années sur fond de fuite en avant autoritaire : ce sont donc des dizaines de milliers de personnes (et leurs proches) qui sont concernées.

    En clair, l’objectif du gouvernement est de muscler les fichiers du renseignement territorial et les enquêtes administratives. Ce fichage doit permettre aux forces de l’ordre de « surveiller toute personne présentant une menace à l’ordre public – y compris évidemment les opposants politiques, les Gilets Jaunes, les écologistes … Peuvent accéder à ces données les agents des services, tout policier ou gendarme, et les procureurs, les agents pénitentiaires … Parmi les multiples nouveautés, ces services pourront recueillir des informations sur l’opinion des personnes surveillées, leurs pseudonymes sur les réseaux sociaux, des données de santé, le tout pour des finalités élargies qui dépassent largement la sécurité publique.

    Comme dans tout Régime totalitaire, ce fichage s’exerce non pas sur des actes mais sur des intentions. Il est écrit que cela concerne « toutes les personnes qui « PEUVENT » porter atteinte à la sécurité publique » ou « sont « SUSCEPTIBLES » de porter atteinte à aux institutions de la République » . Tout opposant potentiel donc.

    L’article R.236-11 du code de la sécurité intérieure est modifié, pour remplacer « des ACTIVITÉS politiques, philosophique, religieuses où syndicales » par des OPINIONS politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale. Le tout au nom de la « prévention des atteintes à la sécurité publique ».

    En bref, les services pourront recueillir des informations sur l’opinion des personnes surveillées, leurs pseudonymes, des données de santé, sans enjeu de sécurité publique. indique le média Next Impact. Ces décrets, couplés à la « loi de sécurité globale » et à la « loi sur le séparatisme » sont en train de faire basculer la France dans une dictature légale, en gestation depuis plusieurs années.

    https://www.nextinpact.com/article/44931/linterieur-muscle-possibilites-fichage-politique?fbclid=IwAR27F0bKKeucdf_XvUhuFNFFZSLh4ROU6m1bMB-4helk0xVGLYozJL1XmbM

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s