Sombres pavés

Les sombres pavés de la ville,
Tel le chaos de nos pensées,
Sont à l’unisson imbécile
De ce jour qui vient de passer.

Nous voulons vivre sans béquille,
Radieux sur le sol mal jointé,
Mais tout se meurt dans des broutilles
Ou des combines inavouées.

Serons-nous, cadavres serviles,
Complices muets ou affamés,
Serons-nous ceux que l’on fusille
Au petit matin sacrifié?

Ecrit le 8 mai 2017. Texte et photo © Daniel Margreth.

3 réflexions au sujet de « Sombres pavés »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s