Confinement

25 mars 2020.

Il y a comme un silence
un silence froid qui s’étend
un silence stupide qui envahit
les ruelles de la ville.

Il y a comme un silence
malgré le tumulte des pensées
dans les têtes pleines de données
comme dans un écrin doré.

Il y a comme un silence
devant les yeux éblouies
par le soleil éclatant dehors
et tout noir dedans.

Il y a comme un silence
malgré les pas pleins de rêves
sur le chemin entre les absences
silencieuses, elles aussi.

Il y a comme un silence
qui couvre le bruit des voix,
des cris, des peurs inachevés
ou des hurlements paranoïaques.

Il y a comme un silence
dans le couloir de la folie
qui nous tient fermement la main
pendant le confinement.

Texte et photos Copyright Daniel Margreth.

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s