Confinement

25 mars 2020.

Il y a comme un silence
un silence froid qui s’étend
un silence stupide qui envahit
les ruelles de la ville.

Il y a comme un silence
malgré le tumulte des pensées
dans les têtes pleines de données
comme dans un écrin doré.

Il y a comme un silence
devant les yeux éblouis
par le soleil éclatant dehors
et tout noir dedans.

Il y a comme un silence
malgré les pas pleins de rêves
sur le chemin entre les absences
silencieuses, elles aussi.

Il y a comme un silence
qui couvre le bruit des voix,
des cris, des peurs inachevées
ou des hurlements paranoïaques.

Il y a comme un silence
dans le couloir de la folie
qui nous tient fermement la main
pendant le confinement.

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Photo-Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s