La nuit servile

4 novembre 2020.

Si la nuit envahissait doucement mon rêve
comme le silence dans le port du Collet
je sentais ta tête endormie sur mon épaule
et le début d’un temps fracturé et perdu.

La pénombre qui descendait sur notre monde
beaucoup l’avait pressenti sans y croire vraiment
oubliant les nouvelles alarmantes du temps
ainsi nous avons continué sans rien changer.

Ici la nuit servile s’engouffre partout
comme ailleurs nous préparons notre cauchemar
même si, muselés, nous l’avons ignoré
dans la paresse collective de la pensée .

Comment expliquer que nous avons échoué
sur la berge consternée du port du Collet
dans la nuit progressive d’un jour sans éclat
alors que nous pensions faire route plein jour.

Texte Copyright Daniel Margreth.

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Photo-Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Une réflexion au sujet de « La nuit servile »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s