5-Le Père Lachaise

20 janvier 2021.

Présentation :
« Franck, je l’avais rencontré pour la première fois à Paris au début de l’été 72. La vie de Franck était remplie de souvenirs parfois enfouis à jamais dans les méandres de sa mémoire alors que d’autres étaient présents en permanence, presqu’obsessionnels. Il m’en parlait pour reconstruire un passé qui tentait de lui échapper. Du moins c’est ce que je croyais. »
Le narrateur vous entraîne « Dans le désordre » de ces souvenirs tels qu’il les a recueillis.

Dans le désordre / 5-Le Père Lachaise.

La fenêtre ouverte est isolée de la cour intérieure par un voilage qui s’envole au moindre courant d’air. Elle est là, dans ce meublé, à l’heure où les autres déjeunent en riant dans les bistrots colorés du quartier. Ils font une pause à leur façon, une pause sensuelle à deux pas de leur travail près du Père Lachaise. Ils y découvrent la géographie de leurs corps, l’inventaire des possibles plaisirs que leur jeunesse n’a de cesse d’expérimenter furieusement comme un dernier instant d’intimité. Ils arpentent tous les accidents de leurs peaux, tous les recoins de leurs corps et tentent jour après jour une nouvelle combinaison imaginaire, dressant, sans le savoir, une liste d’un érotisme torride dont Franck s’efforce de mémoriser tous les détails. Les mains glissent doucement sur les corps comme des reptiles, les lèvres humides laissent la trace, sur la surface de la peau, du chemin lumineux qui les conduit vers les sommets du plaisir. Ils sont heureux, simplement heureux, un bonheur sauvage comme volé au milieu d’une journée de travail. Puis ils retournent main dans la main jusqu’au bureau où le travail reprend ses droits. En quelques semaines, ils explorent sans tabou tous les aspects de leur anatomie et découvrent des potentialités exquises. Ainsi le temps passe entre travail et plaisir. Sans préjuger de l’avenir. Une semaine, un mois, puis deux. Un jour, elle a disparu. Fin de sa période d’intérim, plus de rencontres, plus de nouvelles. Franck comprend que c’est fini pour eux au bout de quelques jours seulement. Pas de tristesse, juste un peu de mélancolie. Le temps s’accélère et tout cela ne devient qu’un souvenir vite enfoui dans les méandres de sa mémoire.

Pourtant Franck l’imagine encore comme le premier jour, grande, ses petits yeux qui ne cachent pas sa timidité et cet air de ne pas être à sa place, ne sachant que faire de ses mains. Elle le regarde droit dans les yeux et il ne lit aucun embarras. Pas un mot ne sort de sa bouche malgré d’imperceptibles mouvements, comme des chuchotements avortés. Il lui sourit maladroitement et lui propose de s’assoir ensemble sur un banc à l’ombre le long cette allée bordée de chênes au milieu du cimetière du Père-Lachaise où ils avaient convenu de se retrouver quelques heures plutôt, lors de leur rencontre dans la salle de pause près de la machine à café…

Franck lui tend la main pour lui montrer le banc en question, dans le mouvement il effleure légèrement la sienne et leurs doigts se referment les uns sur les autres dans un tempo lent et sensuel, les yeux éclairés d’une étincelle de douceur. Ainsi le ton est donné pour cet instant hors du temps et totalement dédié au plaisir de la rencontre. Cela faisait déjà plusieurs fois qu’ils se croisaient lors de la pause-café et ce jour-là, profitant d’un moment où ils étaient seuls, Franck lui avait adressé la parole et lui avait parlé des agréables promenades au Père Lachaise qu’il s’octroyait après le repas de midi. Elle avait alors dit que cela lui plairait certainement aussi…

Franck pense aujourd’hui que cette adorable rencontre avait été une chance merveilleuse malgré la mélancolie qui avait envahi ses pensées quelques semaines après sa disparition. Il aurait pu la retrouver, s’il avait voulu, en interrogeant les collègues qui avaient travaillé avec elle mais il ne le fit pas. Il se laissa emporter par son travail et le temps fit le reste. Cette rencontre est devenue un souvenir qu’il avait plaisir à se rappeler. Son jardin secret enfoui pour toujours au cimetière du Père Lachaise.

A suivre…

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Photo-Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s