De passage à Auch

16 novembre 2021.

Ville créée par les Romains, Auch a connu son heure de gloire au Moyen Âge alors qu’elle était la capitale de la province de Gascogne. La grande qualité de sa pierre calcaire est un des éléments du prestige architectural de sa cathédrale. Elle en magnifie les monuments et les demeures de la « ville haute » ainsi que les ruelles en escalier.

La cathédrale Sainte-Marie et la Maison Fedel

La cathédrale Sainte-Marie (monument historique classé en1906) est située place de la République, elle fut construite du XVème au XVIIème siècle. Elle est célèbre pour ses vitraux réalisés par Arnaud de Moles. Le chœur contient un ensemble de 113 stalles en chêne massif représentant plus de 1 500 personnages. Le portail central porte les armoiries de monseigneur Jean-François de Montillet de Grenaud, archevêque d’Auch au XVIIIème siècle. Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle cette cathédrale donnait hospice aux pèlerins.

La Maison Fedel est une maison (monument historique classé en 1932) à encorbellements du XVème siècle. Les murs de ses trois étages sont constitués de pans de bois comblés par des briques plates à l’alignement régulier. Ils reposent sur un rez-de-chaussée en pierre qui abritait une boutique fermée par deux volets.

L’escalier monumental et la Tour d’Armagnac

L’escalier monumental (monument historique classé en 1994) est un ouvrage d’art néoclassique reliant la ville haute à la ville basse, sur 35 mètres de dénivelé au moyen de 374 marches. Il comporte six volées dont quatre doubles. Il est scandé de repos et de trois paliers successifs en terrasse servant de cadre à des jardinets et à des fontaines murales. Il constitue un ensemble magnifique avec la tour d’Armagnac. Il abrite la statue en bronze de Charles de Batz, alias d’Artagnan mousquetaire, œuvre de Firmin Michelet (1931).

La Tour d’Armagnac est la tour des archives archiépiscopales (monument historique classé en 1945), construite au XIVème siècle. C’était à l’origine une prison dépendant du palais de l’archevêché d’Auch. Avec le temps, faute de prisonniers, elle servit d’entrepôt aux archives religieuses. Au XIXème siècle, la tour retrouva sa fonction première, puisqu’elle fit partie de la maison d’arrêt située place Salinis. Elle fut désaffectée définitivement quand les prisons auscitaines furent construites derrière le nouveau palais de justice dans les années 1860. Le donjon, haut de 40 mètres, se dresse au sommet de l’escalier monumental d’Auch.

Photos copyright Daniel Margreth.

Daniel Margreth

Jour et Nuit. Des nouvelles d'ici et d'ailleurs. Photo-Reportages, Chroniques, Art et Culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s